close search

Biologie et psychologie, partenaires de l’orientation sexuelle

Chargement ...
Chargement ...
Partager :
Publié le 5/19/2021

L'orientation sexuelle a fait l'objet d'une attention particulière ces dernières années, à juste titre, car elle a longtemps été négligée et mal étiquetée. En essayant de rectifier cette erreur, on a produit en peu de temps une abondance d'informations, invoquant souvent des significations similaires, mais pas identiques, sous le même nom. La première étape pour mieux comprendre les différences dans le développement sexuel est un étiquetage précis et une nomenclature claire.



Dans le langage scientifique

Afin de prévenir toute idée fausse, les termes utilisés dans cet article doivent être considérés uniquement dans le contexte du texte lui-même. Certains d'entre eux peuvent avoir une signification légèrement différente en dehors de cet article ou porter un nom différent dans l'ensemble.


Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi? Oh, voilà pourquoi.


Le sexe, qui définit la fonction biologique d'une personne, décrit le rôle biologique qui nous est attribué au moment de la conception d'un fœtus. Il est défini par nos chromosomes sexuels - XX pour une femme et XY pour un homme -, présents dans tout le corps et persistants tout au long de la vie. C'est le rôle biologique qui définit si une personne naîtra homme ou femme, à un petit nombre d'exceptions près, et (mal)heureusement, il est permanent. Pour clarifier, un changement de sexe chirurgical ou chimique modifiera l'apparence d'une personne ainsi que certains de ses traits, mais au niveau biologique, ses cellules auront toujours la même empreinte chromosomique qu'avant la procédure chirurgicale ou chimique. Pour parler des sexes, les termes "homme" et "femme" seront utilisés dans cet article.

Le genre est une construction culturelle et sociologique attribuée à chaque sexe, encouragée par l'évolution sexuelle de l'humanité et les forces et faiblesses des sexes, et varie considérablement selon les cultures. Il s'agit du comportement associé à un sexe, et du comportement enseigné, à la fois activement et passivement à une personne en fonction de son sexe et de l'aspect culturel et sociologique dans lequel elle se trouve. Le genre et ses rôles peuvent être modifiés grâce aux efforts d'une personne ou à l'évolution de la culture et de la société. Pour aborder les genres, les termes homme et femms seront utilisés dans cet article.

L'orientation sexuelle est l'attrait d'une personne pour les membres d'un sexe (et d'un genre) particulier. Si une personne est attirée par un membre du même sexe, son orientation sexuelle est homosexuelle ou gay, et si elle est attirée par le sexe opposé, son orientation est hétérosexuelle ou hétéro. Si la personne est attirée par les deux sexes, elle est bisexuelle, et si elle n'est attirée par aucun des deux, elle est asexuelle.

Cisgender ou cis, et transgender ou trans sont des indicateurs de la transposition du sexe au genre. Une femme est considérée comme une femme cis (ou cisgenre), et un homme est considéré comme une femme trans (ou transgenre). Il en va de même pour les hommes.

A l’origine était le foetus

Pour bien comprendre les causes et les effets des aspects biologiques sur le développement sexuel humain, nous devons visualiser le calendrier des événements qui conduisent à l'apparition d'un sexe particulier. Tout d'abord, un spermatozoïde et un ovule fusionnent, chacun portant la moitié des chromosomes de leurs parents respectifs. C'est à ce moment-là que le sexe est déterminé. Selon la moitié des chromosomes que reçoit l'embryon nouvellement formé, ses chromosomes sexuels seront soit XX soit XY - ce qui signifie respectivement femelle ou mâle. L'ovule, provenant d'une femelle, donnera toujours le chromosome X. C'est donc au spermatozoïde de déterminer le sexe de l'embryon, car il peut soit délivrer le chromosome X, faisant de l'embryon une femelle, soit le chromosome Y, le rendant mâle.

Il existe une différence de taille, ainsi que de fonction entre le chromosome X et le chromosome Y. La manière dont ils donnent spécifiquement naissance à un sexe féminin ou masculin n'est pas encore totalement comprise mais, comme ils contiennent un ADN différent, il est facile de voir que certaines différences doivent exister.

En fonction de leur paire chromosomique respective, les gonades (organes sexuels) femelles ou mâles se développent. Ils se développent en fonction de la présence ou de l'absence d'hormones androgènes, principalement la testostérone, la dihydrotestostérone et l'androstérone, qui sont présentes ou absentes en fonction de la paire chromosomique disponible. La production de testostérone et sa transformation en dihydrotestostérone au cours des semaines 6 à 12 de la grossesse sont des facteurs clés dans la production des organes génitaux du fœtus masculin. L'absence de ces hormones entraîne le développement d'organes génitaux féminins.

Une fois les organes génitaux formés, ils libèrent leur propre série d'hormones, ainsi que d'autres facteurs chimiques qui façonnent le développement ultérieur du fœtus. La différenciation sexuelle du cerveau se produit, entre autres facteurs, sous le regard des hormones sexuelles dérivées des gonades, avec lesquelles elles exercent des effets d'organisation qui s'activeront à la puberté.

Les messagers de l'orientation sexuelle



Le degré de féminité ou de masculinité génitale n'est pas nécessairement lié à son équivalent dans le cerveau, car ces processus se produisent séparément. Des différences d'organisation entre les sexes ont été constatées dans l'ensemble du cerveau, plus particulièrement dans l'hypothalamus et l'amygdale. Les différences de structure cérébrale présentes en raison d'influences chimiques (hormones et autres messagers chimiques) sont censées être à la base des différentes orientations sexuelles et préférences de genre.

Compte tenu à la fois de l'influence des messagers chimiques et des différents moments auxquels les gonades et le cerveau se développent sexuellement, il est facile de comprendre que l'exposition à différentes hormones et à différentes concentrations d'hormones peut affecter l'orientation sexuelle et les préférences de genre chez les adultes.

Le cerveau est une éponge

Comme pour presque tout ce qui concerne la biologie, les hormones fœtales ne sont pas les seuls facteurs d'influence sur l'orientation sexuelle, mais sont probablement les principaux. Avec les gènes et les conditions environnementales, ainsi que les facteurs chimiques externes, elles influencent l'orientation sexuelle.

L'une des preuves de cette affirmation se présente sous la forme d'une affection appelée hyperplasie congénitale des surrénales, ou HCS. Il s'agit d'une maladie génétique qui se traduit par une exposition à des niveaux élevés d'hormones androgènes en début de grossesse, en raison d'une hyperactivation des glandes surrénales. Les femmes atteintes d'HCA naissent avec des organes génitaux masculinisés et sont plus susceptibles d'être homosexuelles, par rapport à la population générale.

Plusieurs autres facteurs, observés dans des pourcentages plus élevés dans la population homosexuelle, peuvent influencer l'orientation sexuelle. Certains aspects des niveaux de stress prénatal, ainsi que plusieurs médicaments peuvent modifier l'orientation sexuelle et/ou la préférence de genre. Les traumatismes psychiques graves, tels que la guerre, les chocs mentaux sévères et la mort d'un être cher, ont été associés à un impact sur l'orientation sexuelle. L'abus de psychostimulants a également été débattu, mais les deux cas nécessitent des recherches plus approfondies.

Les effets de l’ordre de naissance dans la fratrie

Il a été établi que les hommes homosexuels ont en moyenne plus de frères aînés. Cela est dû au niveau de plus en plus élevé d'hormones androgènes auquel les fœtus sont exposés à chaque grossesse masculine. En outre, ce phénomène s'explique par la réponse immunologique de la mère à un produit du chromosome Y de ses fils, qui augmente également à chaque grossesse masculine. Un gène du facteur rhésus (Rh), une protéine présente sur les globules rouges, a été lié à cet effet. Le facteur Rh peut être hérité de l'un ou l'autre parent, avec une légère chance que la réponse immunitaire de la mère au facteur Rh du père se retrouve dans le fœtus. Chaque grossesse masculine consécutive augmente légèrement la réponse immunitaire de la mère au facteur Rh, avec un effet cumulatif.

Les antécédents génétiques façonnent également l'orientation sexuelle. En outre, plusieurs études ont révélé des différences chromosomiques entre les personnes homosexuelles et hétérosexuelles, notamment sur le chromosome 11, lié aux fonctions olfactives et à la perception visuelle. Des études antérieures ont déterminé que ces régions étaient liées à la perception du plaisir, tant chez les hommes que chez les femmes.

Tous ces facteurs sont soit une cause, soit un effet d'un mécanisme immunologique, endocrinien ou génétique observé au fil des ans sous la forme de changements mineurs, bien que statistiquement significatifs.

Différentes échelles d'orientation sexuelle

L'un des obstacles à la recherche sur la sexualité était la mauvaise conception et l'étiquetage erroné du matériel de recherche, ainsi que des groupes sexuels. Pendant longtemps, l'orientation sexuelle a été considérée comme un scénario du type "soit l'un, soit l'autre", avec des cas isolés de "l'un et l'autre" ou "ni l'un ni l'autre" entre les deux. Récemment, l'orientation sexuelle a été classée comme une échelle mobile, ce qui a grandement facilité la recherche et la nomenclature.

Une personne peut s'identifier comme hétérosexuelle, n'avoir que des partenaires du sexe opposé, tout en exprimant une certaine forme d'attirance sexuelle, qu'elle soit périodique ou continue, pour les membres du même sexe. Cette personne peut se considérer comme purement hétérosexuelle et ne jamais avoir de relation homosexuelle, que ce soit par choix ou parce qu'elle n'a pas eu l'occasion d'exprimer ces tendances, ou simplement parce que l'attirance n'est pas assez forte. Il peut être considéré comme un pourcentage d'être hétérosexuel ou homosexuel.

La même échelle mobile peut être utilisée pour déterminer le genre, car il s'agit d'une construction socioculturelle, plutôt que biologique. C'est ce même environnement sociologique et culturel qui doit être pris en compte lorsque l'on considère la réémergence des deux problèmes autour de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre.

Une histoire de culture et de société

La détermination culturelle et sociologique d'une idée est le choix de l'individu d'accepter l'interprétation de cette idée par une puissance supérieure. Pendant longtemps, cette puissance était la religion, dont l'emprise affecte encore fortement le niveau de confort et de conscience des individus en matière d'orientation sexuelle. Ces pouvoirs, qu'ils soient directs - par le biais d'enseignements, de lois ou d'autres moyens - ou indirects - par l'appréciation sociale, l'interaction humaine et l'exemple, ont poussé la sexualité vers une extrémité de l'échelle mobile tout en marginalisant le reste. Comme on peut s'y attendre, outre l'ignorance sociale, cela peut entraîner plusieurs problèmes médicaux.

L'orientation sexuelle est aussi en partie enseignée, les professeurs les plus influents étant ceux qui sont les plus proches de nous.

Influences directes

En dehors de la religion, les lois nationales sont le deuxième pouvoir le plus important qui forme activement les idées sociales et culturelles. Ces derniers temps, l'Union européenne a une tendance croissante, bien que lente, à appliquer activement des lois pour améliorer la situation des populations homosexuelles. Bien qu'il n'y ait plus de lois directement contre les homosexuels, l'inexistence de lois en leur faveur influence également leurs choix, dans une certaine mesure. Une personne bisexuelle peut opter pour une relation hétérosexuelle en raison des privilèges du mariage ou d'autres avantages similaires qu'une telle relation peut apporter, contrairement à une relation homosexuelle.

Influences indirectes

L'appréciation du même sexe, si elle n'est pas très prononcée, peut être étouffée par l'environnement. Il se peut que la personne ne sache jamais qu'elle a une tendance pour le même sexe, ou qu'elle le découvre beaucoup plus tard dans sa vie. Cela est particulièrement vrai pour les enfants en développement, qui sont les plus susceptibles d'apprendre par l'exemple. Les signes subtils de relations hétérosexuelles sont partout autour de nous, qu'il s'agisse d'alliances, de couples se tenant la main ou d'enfants entourés de leurs parents. Les relations homosexuelles sont encore beaucoup plus rares en public.

Des exceptions à toutes les règles

Étant donné que la transition entre le sexe et le genre peut être délicate et que de nombreux facteurs participent activement et passivement au façonnement de la sexualité d'une personne, il n'est pas étonnant que les choses dérapent parfois.

L'entre-deux biologique : les aberrations chromosomiques


Les troubles des chromosomes sexuels sont des conditions rares dans lesquelles un individu ne possède pas les chromosomes XX ou XY habituels. Un problème qui peut se produire est la délétion d'une partie d'un tel chromosome. Les effets de telles délétions sont proportionnels à leur gravité, mais correspondent également à la partie du chromosome qui a été supprimée.

Un type similaire, mais plus grave, de cette affection est le syndrome de Turner, également connu sous le nom de syndrome 45,X ou 45,X0. Il s'agit d'une maladie génétique dans laquelle il manque à une femme une partie ou la totalité d'un chromosome X. Les femmes sont caractérisées par un corps court et mince. Elles sont caractérisées par un cou court et palmé, des oreilles couchées et une stature courte. En général, elles sont incapables de se reproduire.

À l'opposé du syndrome de Turner se trouve le syndrome du triple X, également connu sous le nom de trisomie X. Il se caractérise par la présence d'un chromosome X supplémentaire dans les cellules de la femme lorsqu'un spermatozoïde féconde un ovule qui possède deux chromosomes X au lieu d'un. Ces femmes sont généralement plus grandes que la moyenne, avec des difficultés mentales et physiques occasionnelles.

Le syndrome de Klinefelter est un cas similaire, où un spermatozoïde contenant un chromosome Y féconde un ovule contenant deux chromosomes X, ou un spermatozoïde contenant un chromosome X et Y féconde un ovule normal. Les principales caractéristiques sont l'infertilité et de petits testicules peu fonctionnels, qui passent souvent inaperçus.

La dysgénésie gonadique XX est une condition rare dans laquelle aucun ovaire fonctionnel n'est présent pour induire la puberté chez une femme par ailleurs normale. Ces personnes présentent généralement une anomalie démontrable de l'un des chromosomes sexuels. La dysgénésie gonadique XY est une maladie héréditaire autosomique qui est traitée, dans une certaine mesure, par une thérapie hormonale.

La dysgénésie gonadique XY, également connue sous le nom de syndrome de Swyer, est une affection similaire chez une personne qui possède les chromosomes sexuels masculins, mais qui, en raison de leurs aberrations, n'a pas développé d'organes génitaux masculins et qui, à terme, pour les raisons évoquées ci-dessus, a développé des organes génitaux externes féminins et des caractéristiques féminines secondaires.

Les dysphories

La dysphorie est un terme signifiant "un état de malaise ou d'insatisfaction généralisée", et s'accompagne d'une stigmatisation. Elle a été renommée de trouble de l'identité sexuelle en 2013. La dysphorie de genre et d'orientation sexuelle apparaît lorsqu'une personne est censée (ou forcée) à se comporter comme un côté de l'échelle mobile, alors qu'elle se sent appartenir à un autre côté.

La non-conformité sexuelle et de genre est un état similaire à la dysphorie, mais sans "détresse cliniquement significative".

La dysphorie sexuelle et de genre a été liée à l'exposition prénatale aux androgènes et aux divergences entre la féminité ou la masculinité génitale et cérébrale, comme indiqué ci-dessus. La dysphorie de genre peut également survenir lorsqu'un homme est élevé comme une femme, ou une femme comme un homme, chez des individus par ailleurs en bonne santé. L'étymologie de ces dysphories reste le plus souvent inconnue, car elles peuvent être (et sont généralement) le fruit de l'interaction entre des facteurs biologiques, chimiques, environnementaux et culturologiques.

Les critères de la dysphorie de genre comprennent l'incongruité entre le genre vécu ou exprimé par une personne et ses caractéristiques sexuelles primaires, le désir de se débarrasser des caractéristiques sexuelles primaires ou secondaires existantes ou le désir de posséder ces caractéristiques du sexe opposé.

La classification internationale des maladies (CIM-11) vise à renommer la dysphorie de genre en incongruence de genre, qui serait décrite comme "une incongruence marquée et persistante entre le genre vécu par une personne et le sexe qui lui a été assigné".

Ces dernières années, de nombreuses recherches ont permis d'améliorer la façon dont nous envisageons le sexe, le genre et l'orientation sexuelle. Ces recherches ont permis d'améliorer la nomenclature et de créer des termes non ambigus, facilitant ainsi la poursuite des recherches. Cela étant dit, tout terme utilisé pour donner des droits ou marginaliser une personne au-dessus ou au-dessous d'une autre devrait être évité et désapprouvé. Ce ne sont pas les mots et les titres qui sont bons ou mauvais, mais la personne qui les utilise et ses intentions. Et tout ce dont nous avons besoin pour une communauté prospère, ce sont de bonnes intentions, de la compréhension et un peu d'amour.

Sources:

1. Ashlyn Swift-Gallant, Lindsay A. Coome, Madison Aitken, D. Ashley Monks, Doug P. VanderLaan. Evidence for distinct biodevelopmental influences on male sexual orientation. Proceedings of the National Academy of Sciences Jun 2019, 116 (26) 12787-12792; DOI: 10.1073/pnas.1809920116

2. Berenbaum, Sheri A.; Adriene M. Beltz (April 2011). "Sexual differentiation of human behavior: Effects of prenatal and pubertal organizational hormones". Frontiers in Endocrinology. 32 (2): 183–200. doi:10.1016/j.yfrne.2011.03.001. PMID 21397624. S2CID 205776417.

3. Bogaert, A. F., Skorska, M. N. A short review of biological research on the development of sexual orientation, Hormones and Behavior. Volume 119, 2020, 104659, ISSN 0018-506X, https://doi.org/10.1016/j.yhbeh.2019.104659.

4. Garcia-Falgueras, A; Swaab, DF (2010). "Sexual hormones and the brain: an essential alliance for sexual identity and sexual orientation". Endocr Dev. Endocrine Development. 17: 22–35. doi:10.1159/000262525. ISBN 978-3-8055-9302-1. PMID 19955753.

5. Gooren, Louis (November 2006). "The biology of human psychosexual differentiation". Hormones and Behavior. 50 (4): 589–601. doi:10.1016/j.yhbeh.2006.06.011. PMID 16870186. S2CID 21060826.

6. Hines, Melissa (October 2010). "Sex-related variation in human behavior and the brain". Trends in Cognitive Sciences. 14 (10): 448–456. doi:10.1016/j.tics.2010.07.005. PMC 2951011. PMID 20724210.

7. Namiki M, Koh E. [Disorders of sex chromosome]. Nihon Rinsho. 1997 Nov;55(11):2963-8. Japanese. PMID: 9396296.

8. Pasterski V. Fetal Androgens and Human Sexual Orientation: Searching for the Elusive Link. Arch Sex Behav. 2017;46(6):1615-1619. doi:10.1007/s10508-017-1021-6

9. Saewyc EM. Research on adolescent sexual orientation: development, health disparities, stigma and resilience. J Res Adolesc. 2011;21(1):256-272. doi:10.1111/j.1532-7795.2010.00727.x

10. https://www.psychiatry.org/psychiatrists/cultural-competency/education/transgender-and-gender-nonconforming-patients/gender-dysphoria-diagnosis

11. https://www.researchgate.net/publication/296700032_The_DSM-5_Diagnostic_Criteria_for_Gender_Dysphoria


Chargement ...

Chargement ...

Étiquettes :
Partager :

Commentaires : (0)

Aucun commentaire
N'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour ne manquer aucun nouveaux articles et être notifié des évènements à suivre .
S'inscrire

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir notre équipe en faisant un don du montant de votre choix.
Toute l'équipe de Cortex
Soutenez nous

Inscrivez vous à notre newsletter

S'inscrire