close search

L'obésité : un problème de taille

Chargement ...
Partager :
Publié le 11/3/2021



L'obésité est la cinquième cause de décès dans le monde, et la quatrième en Europe. Chaque année, les décès qu’elle entraîne sont plus nombreux que ceux dus à la drogue et à l'alcool réunis. Les calories étant plus facilement accessibles, l’obésité ne cesse de croître, triplant depuis 1975. En 2016, plus d'un tiers des adultes dans le monde entier étaient en surpoids, et près de 15 % obèses. Pourquoi ce problème de santé international est-il si répandu et s’accroît d’année en année?


Perdre du poids pourrait être l'activité la plus frustrante pour toute personne en surpoids, et une grande cause de stress, à en juger par mon expérience personnelle. Il s'agit d'un état pathologique qui entraîne diverses autres pathologies, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, l'apnée obstructive du sommeil, certains types de cancer, l'arthrose et bien d'autres encore. Il est principalement dû à une mauvaise alimentation et à l'inactivité physique, et un petit pourcentage de personnes ayant des facteurs contributifs tels que la susceptibilité génétique, les médicaments et les troubles mentaux ou endocriniens sont plus vulnérables.


Figure 1 : Nombre de décès par facteur de risque en 2017. Le graphique de gauche représente l'Europe occidentale, et celui de droite le monde entier.




L’obésité a un impact social et psychique

Le surpoids entraîne son lot de problèmes, en plus de ceux qui sont évidents. Quelle qu'en soit la cause, l'obésité laisse un impact permanent sur l'état mental, ainsi que sur le physique. Les aliments qui pénètrent dans l'estomac, en particulier les graisses et les sucres, ont pour effet immédiat de libérer des hormones dans notre circulation sanguine, avant le début de la digestion des aliments. Ces hormones, principalement la leptine et la sérotonine, envoient un signal à d'autres hormones pour commencer à préparer le corps à l'afflux d'énergie et pour nous dire qu'il se passe quelque chose de bien.

Ces deux hormones sont libérées en plus grande quantité dans les aliments gras et sucrés, comme indiqué précédemment. La sérotonine, également appelée hormone du bonheur, nous fait nous sentir bien lorsque nous mangeons ce type d'aliments et nous incite à continuer. La leptine, quant à elle, surveille la quantité de nourriture ingérée et assure la régulation à long terme de l'équilibre énergétique, en supprimant la prise alimentaire. Mais, plus une personne est obèse, plus elle est résistante à l'effet de la leptine. La surconsommation de calories en courtes bouffées, comme la consommation de sucre très concentré sous la forme d'un chocolat entier ou d'un demi-kilo de crème glacée, développe l'insensibilité à la leptine. Malheureusement pour nous, les chaînes mondiales de restauration rapide tirent un grand profit de ce type d'aliments qu'elles commercialisent de manière toujours plus agressive, en entretenant un faux sentiment de nécessité et en diffusant des informations erronées à leur sujet.

Au bout d'un certain temps, la poussée de sucre initiale s'estompe et la personne se pose des questions sur sa décision de manger une boîte entière de crème glacée. Cela est dû à la chute des niveaux de sérotonine, et devrait être un avertissement pour ne pas recommencer, et non une invitation à une deuxième tournée, comme certaines personnes le pensent.

Bien qu'elles soient nécessaires à l'homéostasie (l’équilibre au sein de notre organisme) et à l'envie de se nourrir correctement, ces variations du taux de sérotonine peuvent aussi devenir problématiques si elles dépassent les valeurs normales. Une personne peut développer des envies de certains produits, comme le chocolat, les chips ou autres, qui peuvent se transformer en véritable addiction si elles ne sont pas contrôlées.

Un autre effet secondaire du changement radical de sérotonine est ce qu'on appelle la faim mentale. La faim typique est due aux contractions physiques de la paroi musculaire de l'estomac lorsqu'il se ratatine parce qu'il est vide. Cela envoie des signaux à notre cerveau pour nous rappeler que nous devons manger quelque chose. D'autre part, la faim mentale peut survenir indépendamment de la plénitude de l'estomac, où la sérotonine joue à nouveau un rôle majeur : avec d'autres hormones et facteurs, elle sursature les récepteurs de notre cerveau et crée un état de demandes toujours croissantes pour des rendements décroissants. Cette boucle de rétroaction décroissante est couramment observée dans toutes les addictions, où des quantités croissantes de substances sont nécessaires pour obtenir le même résultat d'euphorie ou de "sensation de bien-être". Nous ressentons le besoin de manger davantage, même si notre estomac est déjà plein.

Le régime alimentaire, une idée fausse

Lorsque quelqu'un évoque un régime, il pense à une période courte, fastidieuse et le plus souvent infructueuse, destinée à perdre du poids. Or, selon le dictionnaire Merriam-Webster, le régime est une "alimentation habituelle", c'est-à-dire le type et la quantité d'aliments et de boissons consommés régulièrement. Commencer un nouveau régime, c'est donc commencer un changement de vie, au sens propre du terme.

L'effet yo-yo

Les régimes, tels qu'ils sont généralement annoncés, sont un événement qu'il vaut mieux accompagner de compléments alimentaires, de boissons et de repas spéciaux, et qui prend généralement fin après une période de temps inférieure à plusieurs semaines. Les régimes miracles qui réduisent généralement l'apport en glucides ont tendance à donner de très bons résultats au cours des trois premières semaines, mais échouent de manière spectaculaire une fois que l'effet yo-yo se manifeste. Ces régimes comptent sur la cétose, la méthode de production d'énergie la plus inefficace de l'organisme, pour fournir l'énergie nécessaire, ce qu'elle ne peut évidemment pas faire. Le rôle des compléments alimentaires ne sera pas abordé ici, mais il existe des scénarios médicaux où ils sont à la fois nécessaires et souhaitables, mais la plupart du temps, les personnes en surpoids sans besoins médicaux spécifiques n'en ont pas besoin. L'effet yo-yo décrit le retour du poids antérieur après la fin d'un tel régime, généralement avec quelques nouveaux kilos en plus. Pour comprendre pourquoi, et pour quelles raisons de tels régimes sont beaucoup plus néfastes que bénéfiques pour notre organisme, nous devons comprendre comment les aliments sont transformés, et comment nos cellules en bénéficient.

L'obésité est devenue l'un des principaux problèmes de santé dans le monde. Avec ses facteurs secondaires tels que les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, certains types de cancer, l'arthrose et autres, le coût du traitement de l'obésité dépasse 150 milliards de dollars américains rien qu'aux États-Unis. Une éducation appropriée et une approche des problèmes sont les premières étapes de la lutte contre le nombre croissant de personnes souffrant de handicaps physiques et mentaux dus à la surabondance d'aliments riches en énergie.






References:

  1. A meta-analysis of the past 25 years of weight loss research using diet, exercise or diet plus exercise intervention. Miller, W., Koceja, D. & Hamilton, E. Int J Obes 21, 941–947 (1997). https://doi.org/10.1038/sj.ijo.0800499
  2. Cost and cost-effectiveness of obesity treatment: A mini review. Chu N-F, Chu W.Health PrimCar, 2019., vol. 3, 1-3. doi: 10.15761/HPC.1000163
  3. Diet, physical activity or both for prevention or delay of type 2 diabetes mellitus and its associated complications in people at increased risk of developing type 2 diabetes mellitus. B. Hemmingsen, G. Gimenez‐Perez, D. Mauricio, M. Roqué i Figuls, M-I. Metzendorf, B. Richter. Cochrane Database of Systematic Reviews 2017, Issue 12. Art. No.: CD003054. DOI: 10.1002/14651858.CD003054.pub4. Accessed 21 October 2021.
  4. Dynamic Adaptation of Nutrient Utilization in Humans. El Bacha, T., Luz, M. & Da Poian, A. Nature Education 3(9):8
  5. Long-term weight loss after diet and exercise: a systematic review. Curioni, C., Lourenço, P. Int J Obes 29, 1168–1174 (2005). https://doi.org/10.1038/sj.ijo.0803015
  6. Molecular Biology of the Cell. 4th edition. Alberts B, Johnson A, Lewis J, et al. New York: Garland Science; 2002.
  7. Nutrient Utilization in Humans: Metabolism Pathways. Da Poian, A. T., El-Bacha, T. & Luz, M. R.M.P. (2010). Nature Education 3(9):11
  8. The Hormonal Control of Food Intake, Coll A. P., Farooqi I. S., O'Rahilly S. Cell. 2007 Apr 20; 129(2): 251–262. doi: 10.1016/j.cell.2007.04.001
  9. The role of leptin and ghrelin in the regulation of food intake and body weight in humans: a review. Klok M. D., Jakobsdottir S., Drent M. L. Obes Rev. 2007 Jan;8(1):21-34. PMID: 17212793. DOI: 10.1111/j.1467-789X.2006.00270.x
  10. https://ourworldindata.org/obesity#8-of-global-deaths-are-attributed-to-obesity
  11. who.int/news-room/fact-sheets/detail/obesity-and-overweight
  12. https://www.metabolics.com/blog/how-does-the-body-produce-energy
  13. https://www.fda.gov/food/new-nutrition-facts-label/how-understand-and-use-nutrition-facts-label




Chargement ...

Étiquettes :
Partager :

Commentaires : (0)

Aucun commentaire
N'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour ne manquer aucun nouveaux articles et être notifié des évènements à suivre .
S'inscrire

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir notre équipe en faisant un don du montant de votre choix.
Toute l'équipe de Cortex
Soutenez nous

Inscrivez vous à notre newsletter

S'inscrire