Faire taire les acouphènes

Faire taire les acouphènes

  • Sample avatar
    search

    Zrinko Baričević

    Assistant de recherche et doctorant au département de biotechnologie
Publié le 2022-01-14
Temps de lecture estimé: 5 min



Cet article est écrit en collaboration avec la Semaine du Son.



La plupart des gens ont déjà ressenti un bruit aigu après avoir été exposés à des sons forts tels que lors d’un concert de musique, une circulation intense ou l’atmosphère d’un stade. Ce bruit s’estompe généralement après un certain temps et constitue un phénomène naturel. Pourtant, certaines personnes entendent ces sons même sans y être invitées, et ils peuvent être à peine audibles ou gênants. Si cela vous dit quelque chose, il est peut-être temps de consulter un médecin !

Les acouphènes touchent 10 à 15 % des personnes dans le monde et deviennent plus fréquents avec l’âge. Une personne sur trois âgée de plus de 55 ans en est affectée dans des conditions allant de légères à graves.

Le plus souvent, il est perçu comme un bruit de sonnerie sans source extérieure, et ce dans une ou deux oreilles, ou plus centralement dans la tête. Il peut prendre la forme d’un bourdonnement, d’un sifflement, d’un tintement, d’un cliquetis, d’un grondement, d’un tic-tac, d’un bip ou d’une myriade d’autres sons, y compris un son pur et stable.

Plutôt qu’une maladie, il s’agit d’un symptôme qui résulte de diverses causes sous-jacentes, notamment des lésions auditives, une perte auditive due au bruit ou liée à l’âge, des infections de l’oreille, des tumeurs des nerfs auditifs de l’oreille interne, des migraines, des traumatismes crâniens, une accumulation de cérumen, etc.

Les acouphènes aigus

La forme la plus répandue d’acouphènes est la version aiguë, qui commence en réaction à un événement extérieur. L’exemple le plus courant est le bourdonnement des oreilles après avoir assisté à un concert de musique bruyante, avoir été exposé à une circulation bruyante ou à des feux d’artifice. Cela se produit parce que les ondes sonores traversent le conduit auditif jusqu’à l’oreille moyenne et interne, où les cellules ciliées situées dans une partie de la cochlée aident à transformer ces ondes sonores en signaux électriques qui se rendent ensuite au cortex auditif du cerveau via le nerf auditif. Lorsque les cellules ciliées sont endommagées, les circuits du cerveau ne reçoivent pas les signaux qu’ils attendent. Cela stimule une activité anormale dans les neurones, ce qui donne l’illusion d’un son. Parmi les autres exemples d’acouphènes aigus, on peut citer l’accumulation de cérumen qui interfère avec les voies sonores, les infections et certains médicaments ototoxiques, pour lesquels les acouphènes disparaissent dès la suppression du problème sous-jacent, ou peu après. Une définition de l’acouphène, par rapport à l’expérience normale du bruit dans l’oreille, est un bruit qui dure cinq minutes au moins deux fois par semaine. Ils peuvent être présents en permanence ou par intermittence, certaines personnes n’en étant pas conscientes tout le temps, mais seulement, par exemple, pendant la nuit, lorsqu’il y a moins de bruit ambiant pour les masquer.


Image 1 : Illustration de l’oreille et des voies auditives vers le cerveau. Les cellules ciliées de la cochlée aident à transformer les ondes audio en signaux électriques qui se rendent au cerveau via le nerf auditif. La perturbation de cette voie peut entraîner des acouphènes aigus, tandis que l’endommagement de la cochlée peut entraîner une version chronique.



Les acouphènes chroniques

Si les sons persistent pendant six mois ou plus, on parle d’acouphènes chroniques. Les causes sont similaires à celles des acouphènes aigus, mais plus graves. Il s’agit généralement de lésions de l’oreille interne, ou plus directement des cellules ciliées de la cochlée. Les acouphènes non traités s’aggravent souvent avec l’âge et l’accumulation de dommages, et peuvent devenir si importants qu’ils affectent les activités quotidiennes, les niveaux de concentration, le sommeil, etc. Bien que les acouphènes soient incurables, ils peuvent être atténués en comprenant et en traitant le problème sous-jacent.

Les acouphènes objectifs

Les acouphènes sont subjectifs dans la grande majorité des cas, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un son que seule la personne affectée peut percevoir. Mais dans une minorité de cas, les acouphènes sont objectifs, c’est-à-dire qu’ils peuvent être détectés par d’autres personnes. Ils sont parfois causés par des contractions musculaires, des claquements de mâchoire, la dislocation de petits os autour de la zone de l’oreille, ou même une altération du flux sanguin, appelée acouphène pulsatile. Ce type d’acouphène résulte d’une augmentation des turbulences sanguines près de l’oreille interne, par exemple en cas d’athérosclérose ou d’humus veineux. Dans de rares cas, les acouphènes pulsatiles peuvent être le symptôme d’affections potentiellement mortelles telles qu’un anévrisme de l’artère carotide ou une dissection de l’artère carotide. Les acouphènes pulsatiles peuvent également indiquer une vascularite, ou plus précisément une artérite à cellules géantes, et doivent être pris en compte lors du diagnostic.

Pas de réel traitement mais il existe des solutions

Il n’existe actuellement aucun traitement pour les acouphènes, mais les patients ne sont pas livrés à eux-mêmes. Aucune approche unique ne fonctionne pour tout le monde, et une certaine combinaison de traitements peut être nécessaire pour trouver la meilleure approche.

La thérapie cognitivo-comportementale vise à rendre le son moins gênant et moins perceptible, voire plus silencieux. Elle peut améliorer considérablement la qualité de vie des patients souffrant de troubles graves.

La thérapie de réadaptation aux acouphènes vise à habituer le système auditif aux signaux acouphéniques, en les rendant moins perceptibles ou gênants. Elle part du principe que les acouphènes résultent d’une activité neuronale anormale causée par une perturbation ou une lésion de la voie auditive. Elle utilise la thérapie sonore pour générer des bruits de faible niveau et des sons environnementaux qui correspondent à la hauteur, au volume et à la qualité de l’acouphène du patient, en le masquant.

Le masquage du signal de l’acouphène est un autre moyen d’atténuer le harcèlement persistant des sons acouphéniques, en particulier pendant les heures de sommeil. Des générateurs de sons portables ou de table sont utilisés à cet effet. Ils peuvent produire des sons allant d’un doux silence à des tonalités aléatoires, une musique douce, des bruits de pluie, de chutes d’eau ou de vagues, des bruissements de feuilles ou autres.

Le fait d’avoir un son persistant qui vous dérange à chaque minute de votre vie peut devenir gênant, agaçant ou même distrayant dans un sens dangereux. Les acouphènes ne mettent peut-être pas la vie en danger en soi, mais la négligence et la désinformation peuvent entraîner des complications inutiles et une diminution de la qualité de vie, du stress et, dans le pire des cas, une dépression et des troubles du sommeil. Bien qu’aucun médicament n’ait encore été approuvé pour son traitement, il existe des alternatives prometteuses actuellement à l’étude, comme les stimulations magnétiques transcrâniennes répétitives, les stimulations cérébrales profondes et la stimulation de l’oreille interne, en particulier de la cochlée.





References:

1. Han BI, Lee HW, Kim TY, Lim JS, Shin KS (March 2009). "Tinnitus: characteristics, causes, mechanisms, and treatments". Journal of Clinical Neurology. 5 (1): 11–19. doi:10.3988/jcn.2009.5.1.11. PMC 2686891.

2. Langguth, B; Kreuzer, PM; Kleinjung, T; De Ridder, D (September 2013). "Tinnitus: causes and clinical management". The Lancet Neurology. 12 (9): 920–30. doi:10.1016/S1474-4422(13)70160-1. PMID 23948178. S2CID 13402806.

3. Levine, RA; Oron, Y (2015). "Tinnitus". The Human Auditory System – Fundamental Organization and Clinical Disorders. Handbook of Clinical Neurology. 129. pp. 409–31. doi:10.1016/B978-0-444-62630-1.00023-8. ISBN 9780444626301. PMID 25726282.

4. https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/tinnitus/symptoms-causes/syc-20350156

5. https://www.health.harvard.edu/diseases-and-conditions/tinnitus-ringing-in-the-ears-and-what-to-do-about-it

6. https://www.nidcd.nih.gov/health/tinnitus

7. https://www.ata.org/understanding-facts






author Zrinko Baričević
search

Zrinko Baričević

En tant que doctorant en biotechnologie, je suis intrigué par le système nerveux. J'ai une affinité particulière pour la neurologie du développement et je veux comprendre comment des structures aussi complexes que le cerveau peuvent exister et comment elles ne fonctionnent pas avec ou sans café du matin.

N'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour ne manquer aucun nouveaux articles et être notifié des évènements à suivre .


Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir notre équipe en faisant un don du montant de votre choix.

Toute l'équipe de Cortex

Commentaires : (0)

Aucun commentaire

Articles recommandés