close search

Le développement du cerveau chez l'enfant

Chargement ...
Partager :
Publié le 8/25/2021

Tout parent souhaite que son enfant excelle et réalise ce qu'il n'a pas pu faire lui-même. Il y a plusieurs choses à prendre en compte dans la quête d'un plus bel avenir (outre la projection des rêves des parents sur la génération suivante), qui peuvent être bénéfiques au développement précoce du cerveau et à la formation d'êtres humains meilleurs et plus conscients.




Un système pyramidal

Dès notre naissance, notre cerveau, qui n'est encore qu'un amas de neurones mal connectés ne sachant pas où porter leur attention, a l'énorme responsabilité de trier, de déchiffrer et de relier les stimuli du monde extérieur pour leur donner un sens cohérent. Bien que les sens fondamentaux aient été associés aux neurones appropriés, les fonctions supérieures sont toujours à la traîne par rapport au flot de sens récemment découverts. Le toucher des lèvres et des joues se développe en premier, 8 semaines après le début de la grossesse, et d'autres parties du corps l'acquièrent vers la 14e semaine. Le goût se développe vers la 12e semaine et le son vers la 24e semaine. Il est important que le nouveau-né ait un goût et un toucher entièrement développés dans la région buccale, car il doit être capable de reconnaître et d'ingérer des aliments sous forme de lait maternel.

Les processus de niveau supérieur sont construits sur les fondations des processus de niveau inférieur ; l'audition en est un excellent exemple. Il s'agit d'une étape intermédiaire qui dure (espérons-le) toute la vie, mais qui est en même temps cruciale pour le développement de plusieurs autres. Le langage et la coordination sont tous deux construits sur l'audition qui, à son tour, est construite sur le développement de l'oreille. Si un dommage survient à un moment quelconque de ce processus hiérarchique, le développement ultérieur sera affecté en fonction du moment et de la gravité du dommage.

Les processus endommagés au début de leur développement présenteront généralement des déformations plus étendues, mais potentiellement plus légères, tandis que les processus plus tardifs présenteront des déformations ciblées, mais plus importantes. Le sous-développement des oreilles au début du développement embryonnaire sera compensé dans une certaine mesure et aura un impact sur l'audition, la perception du langage et la coordination, tandis que la perte d'audition au cours du développement ultérieur n'aura qu'un impact sur l'audition, mais un impact beaucoup plus profond.


L'oiseau précoce attrape le ver

Même les fonctions de niveau supérieur, telles que la cognition, les quotients émotionnels, sociaux et d'intelligence, sont construites sur la base des premiers sens. Il est donc important de les stimuler en conséquence. Dès les premiers mois suivant la naissance, le toucher et l'ouïe se développent de manière exponentielle. Il est bénéfique de les explorer avec l'enfant, en lui présentant différentes textures, matières et compositions pour le toucher, et différents bruits naturels, y compris la musique, pour l'ouïe. La vue se développe naturellement en tant que sens primaire, mais nous pouvons également y contribuer. Les changements dans le paysage naturel stimulent grandement son développement.

Image 1 : Moments optimaux pour l'apprentissage de différentes compétences et habitudes

La cerise sur le gâteau

En tant que couronnement de toutes les expériences sensuelles et de la force mentale, les humains ont développé la cognition. Le développement de la raison à un degré inégalé tout au long de l'évolution reste un mystère, mais peut être considéré comme la synesthésie de toutes les entrées sensorielles, qu'elles soient évidentes ou cachées, plus l'expérience de l'apprentissage et de l'acquisition des causes.

Le cerveau des enfants possède une plasticité innée qui lui permet de modeler et de stocker de grandes quantités d'informations, à un degré qu'aucun cerveau adulte ne peut atteindre. Ils peuvent également apprendre et, plus important encore, réapprendre beaucoup plus facilement que les adultes. Si elle n'est pas guidée, la plasticité se détériore avec le temps, mais plusieurs études ont montré que ce processus peut être prolongé et amélioré jusqu'à l'âge adulte s'il est correctement dirigé. En revanche, s'il subit une influence négative, il donne naissance à des adultes qui ont du mal à fonctionner dans la société.

Un nombre croissant d'études ont exploré le développement humain précoce chez les enfants soumis à des influences négatives, telles que la douleur, les abus (tant verbaux que physiques), la négligence et autres. Ces enfants grandissent souvent pour devenir inadaptés à la société environnante, développant la schizophrénie, l'anxiété et la dépression, ou tendant vers des comportements psychopathiques ou sociopathiques.


Nous sommes le produit de nos expériences passées

Le cerveau fait la majeure partie du travail par lui-même, mais pour améliorer réellement le développement d'un enfant, il faut le rendre curieux. La curiosité conduit à la synesthésie de plusieurs, voire de toutes les entrées sensorielles, favorise la créativité et apprend la causalité mieux que tout autre chose ! C'est par nos propres actions que nous apprenons le plus.

Tous ceux qui ont essayé de répondre à toutes leurs questions savent que les enfants ont une curiosité innée et une soif inépuisable de nouvelles connaissances, à condition qu'elles soient présentées de la bonne manière. La meilleure chose à faire est d'ouvrir les portes de toutes les professions dès le plus jeune âge et de les laisser explorer les mondes qu'ils souhaitent, que ce soit par des livres, des présentations ou par l'exemple, et peut-être même de rallumer la curiosité qui s'est émoussée au fil des ans.

Image 2 : Vue schématique des expériences reliées aux connaissances antérieures aux différentes étapes de la vie.


Toutefois, la connaissance de ces informations ne suffit pas en soi. Plus de 250 millions d'enfants risquent, au cours de cette période cruciale pour le développement, de ne pas atteindre leur potentiel de développement en raison de l'extrême pauvreté et d'un retard de croissance biologique ou sociologique. Malgré la nécessité, les programmes en faveur de la petite enfance restent gravement sous-financés et représentent moins de 0,1 % du produit national brut de 27 pays subsahariens.

L'UNICEF, en collaboration avec d'autres entreprises et gouvernements, met en œuvre le programme de développement de la petite enfance, ainsi que plusieurs programmes de soutien.

Pendant ce temps, la Revue annuelle de santé publique indique comment, même dans les pays les plus prospères, les enfants font l'objet d'une mauvaise mise en œuvre des données : ils sont souvent surchargés de fonctions intellectuelles qu'ils n'ont pas un environnement social précoce bénéfique pour le développement à la fois de l'intellectif et du social, retardant la réponse de l'enfant au stress et sa capacité à se contrôler. C'est avec de meilleurs programmes académiques et un enrichissement social qu'ils proposent de lutter contre un nombre sans cesse croissant d'environnements socialement et mentalement inadéquats.

Les êtres humains ont une capacité inégalée à s'adapter à toutes les conditions, externes ou internes, non pas par nature, mais par essais et erreurs, en échouant et en se relevant, et en recommençant tout encore et encore si nécessaire. De toutes les qualités nécessaires à la survie à notre époque, une seule conduit au développement et à l'amélioration de toutes les autres. Parmi une série d'exploits presque surnaturels et étonnants que les gens sont capables d'entreprendre pour se développer et développer la société qui les entoure, il y a une qualité qui les surpasse toutes : la persévérance.



Sources:

1. Baker, Laurie M.; Williams, Leanne M.; Korgaonkar, Mayuresh S.; Cohen, Ronald A.; Heaps, Jodi M.; Paul, Robert H. (2012). "Impact of early vs. Late childhood early life stress on brain morphometrics". Brain Imaging and Behavior. 7 (2): 196–203. doi:10.1007/s11682-012-9215-y. PMID 23247614.

2. Chugani, Harry T.; Behen, Michael E.; Muzik, Otto; Juhász, Csaba; Nagy, Ferenc; Chugani, Diane C. (2001). "Local Brain Functional Activity Following Early Deprivation: A Study of Postinstitutionalized Romanian Orphans". NeuroImage. 14 (6): 1290–301. doi:10.1006/nimg.2001.0917. PMID 11707085.

3. Eluvathingal, T. J.; Chugani, H. T.; Behen, M. E.; Juhász, C; Muzik, O; Maqbool, M; Chugani, D. C.; Makki, M (2006). "Abnormal Brain Connectivity in Children After Early Severe Socioemotional Deprivation: A Diffusion Tensor Imaging Study". Pediatrics. 117 (6): 2093–100. doi:10.1542/peds.2005-1727. PMID 16740852.

4. Saladin, K (2011). Anatomy & physiology : the unity of form and function (6th ed.). McGraw-Hill. p. 541. ISBN 9780073378251.

5. Tottenham, Nim; Hare, Todd A.; Quinn, Brian T.; McCarry, Thomas W.; Nurse, Marcella; Gilhooly, Tara; Millner, Alexander; Galvan, Adriana; Davidson, Matthew C.; Eigsti, Inge-Marie; Thomas, Kathleen M.; Freed, Peter J.; Booma, Elizabeth S.; Gunnar, Megan R.; Altemus, Margaret; Aronson, Jane; Casey, B.J. (2010). "Prolonged institutional rearing is associated with atypically large amygdala volume and difficulties in emotion regulation". Developmental Science. 13 (1): 46–61. doi:10.1111/j.1467-7687.2009.00852.x. PMC 2817950. PMID 20121862.

6. "Human brain development is a symphony in three movements". Yale News. 2013-12-26. Retrieved December 26, 2013.

7. https://www.adam-mila.com/

8. https://earlychildhood.qld.gov.au/early-years/developmental-milestones/early-years-brain-development

9. https://www.cdc.gov/ncbddd/childdevelopment/early-brain-development.html



Chargement ...

Étiquettes :
Partager :

Commentaires : (0)

Aucun commentaire
N'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour ne manquer aucun nouveaux articles et être notifié des évènements à suivre .
S'inscrire

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir notre équipe en faisant un don du montant de votre choix.
Toute l'équipe de Cortex
Soutenez nous

Inscrivez vous à notre newsletter

S'inscrire